Nous faisons de plus en plus appel aux deux-roues pour nos déplacements en ville, que ce soit pour aller au travail, faire les courses, ou même pour emmener notre enfant à l’école. Mais cette dernière activité n’est-elle pas dangereuse ? D’après la loi, faire de la moto avec son enfant n’est pas interdit. Cependant, Il est absolument nécessaire de le faire de façon responsable. Pour cela, plusieurs règles sont à suivre.

Que dit la loi ?

Curieusement, la loi reste encore à ce jour très flou sur ce sujet, et aucune réponse véritablement claire et satisfaisante n’est apportée. L’âge requis du passager enfant à moto n’est pas clairement défini.

Sur le plan juridique un enfant âgé de moins de 5 ans a le droit de monter à moto en tant que passager. Si ses pieds n’atteignent pas les cale-pieds, alors il sera nécessaire de l’installer dans un siège homologué et adapté à sa morphologie, avec un système spécial de retenue.

En revanche, les médecins et spécialistes estiment que transporter un enfant de moins de 10 ans serait tout à fait irresponsable, sachant qu’à cet âge, ceux-ci n’ont pas encore conscience des dangers et des risques pris à moto. Selon ces derniers, 12 ans serait un âge mieux adapté.

Les règles à suivre

Faire de la moto avec son enfant ne doit pas être un geste anodin : cela doit être fait de façon responsable, en respectant quelques règles de bon sens, mais également les directives de la loi.

Tout motard est tenu de porter les équipements obligatoires, sous peine de sanctions. Cette obligation s’applique également aux enfants, voire même encore plus qu’aux adultes. En effet, en raison de leur faible poids, les enfants sont plus vulnérables aux chocs. Ils doivent donc être équipés de protections adaptées.

  • Port du casque

Bien évidemment, il est obligatoire d’acheter un bon casque à votre enfant. Mais le choix du casque doit être fait avec parcimonie : en effet, les os et les muscles d’un enfant au niveau de la nuque et de la tête ne sont pas encore suffisamment solides pour supporter un poids élevé. Leurs vertèbres cervicales ne sont pas en mesure de supporter un poids excédant 1/25e de leur poids.

Le poids du casque porté par l’enfant doit donc être considéré. Mais là encore se pose un autre dilemme : un casque intégral apporte un maximum de protection, mais il est généralement plus lourd (un casque homologué de petite taille pèse en moyenne 900 à 1000 grammes). Un casque jet serait plus léger, mais en revanche, il apporte moins de protection, surtout lors d’un choc frontal. Les parents devront alors trouver le juste équilibre.

  • Les gants et vêtements de protection

Après le casque, l’achat de vêtements de protection et de gants est le prochain investissement à réaliser. Plusieurs marques commencent à proposer des gammes enfant, avec des tailles pour tous les âges.

Il est utile de rappeler qu’en prenant de l’âge, les équipements de votre enfant devront évoluer de façon proportionnelle, afin qu’ils soient toujours d’une efficacité optimale en cas d’accident, mais également pour une simple question de confort.

Post Author: admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

5 conseils précieux à lire avant d’acheter une voiture d’occasion

Acheter une voiture neuve n’est pas toujours à la portée