Vous êtes las de la routine métro-boulot-dodo, et vous désirez effectuer une reconversion professionnelle en vous lançant dans l’apiculture ? Jetez-vous à l’eau, cette activité peut être à la fois ludique, moins stressante et surtout rentable. Cependant, avant de franchir le pas, quelques points essentiels doivent être pris en considération avant de se lancer dans l’apiculture.

Le contexte règlementaire

Se lancer dans l’apiculture nécessite de se conformer à plusieurs règlementations. La première étape sera de contacter les services de la préfecture afin de recevoir un numéro « NUMAGRIT ». Ce numéro NUMAGRIT devra être affiché sur une pancarte posée en bordure de propriété.

Vous devrez ensuite récupérer un numéro SIRET (Système d’Identification du Répertoire des Etablissements) auprès du CFE (Centre des Formalités des Entreprises. Après cette démarche, il sera nécessaire de déclarer annuellement au GDSA le nombre de vos ruches et l’emplacement de votre rucher. Ces démarches administratives sont obligatoires pour se lancer dans l’apiculture.

Prendre contact avec un Syndicat Apicole (présent dans tous les départements) vous permettra d’avoir connaissance des mesures à prendre pour la défense de l’abeille et de ses produits, ainsi que d’autres informations sur des questions pratiques et techniques. En effet, leur préservation est devenue une priorité, et même Paris se mobilise pour les abeilles.

Le choix du terrain idéal

Le choix du terrain n’est pas à négliger. De lui dépendra la bonne santé de vos abeilles et la bonne démarche de la productivité du miel. Les experts conseillent d’opter pour un terrain orienté sud/sud-ouest. Cette orientation permet au soleil de chauffer la ruche, et cela même en hiver.

Il est aussi conseillé de ne pas choisir un terrain trop proche d’un cours d’eau, afin d’éviter une humidité excessive en hiver.

Le matériel nécessaire pour se lancer dans l’apiculture

Afin de vous protéger correctement des piqûres des abeilles, il est nécessaire de vous équiper du matériel adéquat pour l’apiculture. Cela consiste en l’achat d’une combinaison, chapeau et voile (de préférence une combinaison tout en un), de gants, de chaussures montantes ou de bottes.

Vous devez ensuite vous doter d’un enfumoir, afin d’intervenir en toute sécurité auprès des abeilles. Un lève-cadre (ou ciseau de ruche) et une pince à cadre vous permettront de décoller les cadres collés au corps.

Pour chasser les abeilles des rayons, vous aurez besoin d’une brosse. En moyenne, le coût de ces matériels tourne autour des 500€. Vous pourrez ajouter progressivement d’autres matériels à votre panoplie, nous avons juste énuméré ici l’équipement de base pour commencer.

L’entretien de la ruche et la récolte du miel

L’entretien peut varier en fonction des saisons. En hiver, les abeilles se reposent et sont très peu actives. Les toits et parois des ruches doivent cependant continuer à être entretenus. Il faudra faire attention à ne pas trop perturber les abeilles en faisant trop de bruits ou trop de mouvements brusques.

Le printemps marque la reprise des activités par les ouvrières. La reine va quant à elle pondre de nouvelles abeilles afin de remplacer celles qui n’ont pas survécu à l’hiver.

La récolte se fait surtout en été. L’automne est la période idéale pour traiter vos ruches contre tout acarien nuisible, comme le varroa.

Le métier d’apiculteur s’apprend, donc avant de faire votre première récolte, n’hésitez pas à contacter un apiculteur aguerri et à apprendre à ses côtés les rudiments du métier.

Post Author: admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may also like

Comment réussir une simulation de portage salarial?

Vous avez besoin de plus d’indépendance dans votre vie professionnelle,

Mettre toutes les chances de son côté pour trouver son premier emploi

Après plusieurs années d’études, vient maintenant l’étape décisive de trouver